je te lançais de mes crachats sur le sublime
et t’attendais dans un coin des heures mortes
je savais bien que tu ne venais pas
et tu riais
et tu riais
et tu riais

je t’attendais dans un coin aux heures mortes
d’amour avec curitiba et personne ne venait
ton amour était rien aux heures mortes
tu ne venais pas
tu ne venais pas
tu ne venais pas

je te déchirais de tout ton corps à l’eau de vie
et te disais d’aller aux gouffres de l’enfer
tu dansais sur me crachats sur mes crachats
et buvais
et buvais
et buvais

et je vivais pour adoucir bien ta faveur
et ma cravate était percée dans ton poil
je me promenais par les coins les petites places
et tu mentais
et tu mentais
et tu mentais

j’enregistrais sur le détail chacun de nos rêves
pour présenter au fantastique à la chaîne mondiale
tu dansais toute la nuit sur mes crachats
e je dansais avec toi sur mes épaules
à la chaîne mondiale
c’était ma fin
c’était ma fin
c’était ma fin

Um comentário sobre “

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *